Portrait d’acteur : Gaïa Lyon

Après Groof – Green on the Roof (vous n’avez évidemment pas raté ce portrait !), Matthias Szendy vous propose de découvrir Gaïa Lyon : un excellent exemple de la force inclusive et solidaire de l’agriculture urbaine, dont les métiers et initiatives, accessibles à tou(te)s, façonnent la société de demain ! Alice Sender qui a échangé avec Matthias pour nourrir cet article, en est elle-même le témoin, puisqu’elle s’est récemment reconvertie et formée en maraîchage et horticulture.

« Des liens fertiles pour une terre solidaire »

Tel est le slogan qui traduit en peu de mots la principale mission de Gaïa Lyon : (re)créer du lien grâce au maraîchage ; plus précisément, de lutter contre l’exclusion, favoriser le dialogue et l’accueil des diversités par la transmission des valeurs plus naturellement ancrées dans les communautés rurales, telles que l’entraide et la solidarité. Les villes peuvent, elles aussi, se transformer en autant d’archipels d’îlots solidaires et nourriciers, au plus proche des besoins des plus démunis.

Dernier exemple en date, inauguré cet automne : le Jardin de la Sarra, résolument ouvert à toutes et à tous de façon intergénérationnelle et transculturelle. C’est le troisième jardin de Gaïa à Lyon — et nous espérons qu’il y en aura bien d’autres !

L’équipe de Gaïa est convaincue par l’expérience que mêler les publics qui ne se rencontrent pas dans leurs vies quotidiennes les invitera à casser les préjugés et stéréotypes mutuels, et à cheminer ensemble vers une société résiliente et résolument solidaire.

L’agriculture urbaine, vectrice de liens et de soin(s)

D’après Alice, Gaïa Lyon utilise l’agriculture urbaine comme un moyen pour évoquer les sujets de biodiversité, d’alimentation aussi, dans leurs dimensions sociale et économique, auprès notamment de publics qui en sont a priori les plus éloignés, voire qui en sont exclus.

Chez Gaïa, la pression productive et nourricière n’existe pas : le jardin est un lieu de sensibilisation et d’expérimentation collective : apprendre ensemble à prendre soin des végétaux aide nécessairement à prendre conscience de soi, de notre utilité dans la société et de notre capacité à prendre soin les uns des autres. Et cela en surmontant les déterminismes et les fragilités de chacun(e) !